Projet Cinégraphies

I – Le film : un nouveau terrain d’étude pour les Sciences Sociales

A) L’acte social de filmer

Pourquoi filmer ce lieu, cette situation, de cette façon, à cette époque ? Filmer reste d’abord un geste instinctif, celui de vouloir garder en mémoire et de montrer aux autres. Le geste cinématographique, celui de se saisir d’une caméra et de tourner un film est donc, lui aussi, un objet pour les Sciences Sociales. Conçu comme un acte social, une prise de position d’un individu à un moment spécifique, le film ne peut pas être étudié sans considérer le contexte dans lequel il a pris place. Pris, lors du processus de sa conception, de sa réalisation et de sa distribution, dans un ensemble de dynamiques, le film fonctionne comme un révélateur d’un état de la société – que son sujet traite explicitement des problématiques de son époque ou non. Son analyse peut ainsi participer à la vitalité et à la diversité des réflexions sur l’histoire, les renouveler et les approfondir (De Baecque, 1998).

B) Le langage cinématographique est un révélateur de phénomènes sociaux-spatiaux

Notre postulat initial est celui d’une force inhérente à l’art cinématographique, capable de mettre en lumière, de façon inédite, certains aspects de notre expérience socio-spatiale. Il s’agira pour nous de favoriser le développement d’une nouvelle catégorie d’objets d’études pour les Sciences Sociales, le film, sans le réduire à son contenu, à l’illustration des phénomènes sociaux qu’il constitue parfois ou à sa fonction de témoin historique – qui ne permettent pas d’appréhender les spécificités de son langage.

L’espace au cinéma n’est plus, dans cette perspective, un motif représenté ou un décor dans lequel l’action prendrait place, mais un phénomène dynamique créé par le mouvement de succession des images et des sons (Gaudin, 2004). L’image sculptée par la mise en scène et le montage, ou par la succession de plans aux échelles diverses, fait vivre au spectateur l’expérience d’un espace dessiné par les dialectiques du plein et du vide, du proche et du lointain, du large et du compressé, de l’intime et de l’étranger. Spatialisant nécessairement ce qu’elle filme, l’outil du cinéaste deviendrait dès lors, dans son essence même, une « caméra-géographe » (Pleven, 2015). Dès lors, l’espace au cinéma constitue « une voie phénoménologique pour approfondir la compréhension sensible de notre « espace vécu » » (Gaudin, 2004) et nous informe sur la spatialité de nos existences (Staszak, 2014). Les mécanismes spatiaux à l’œuvre lors de la projection d’un film permettent de saisir la manière dont l’homme expérimente l’espace. « Le cinéma amène une conception cinéplastique et rythmique de l’espace, quasiment irreprésentable avant lui, très difficilement pensable ailleurs qu’en sa matière expressive, et intimement liée à la structure spatiale de notre être au monde » (Gaudin, 2004).

Ces considérations font du cinéma l’outil indispensable à la compréhension de phénomènes spatiaux, une manière inédite d’aborder les problématiques que formule la Géographie et les Sciences Sociales en général. Elles s’inscrivent dans le cadre épistémologique des visual studies centrées sur l’analyse de l’image en général, conçue comme un support d’informations (le film comme témoin, illustration), une construction subjective (le film comme expression d’une certaine forme d’être au monde), et une création esthétique (avec toutes les puissances spécifiques au langage cinématographiques). C’est forts de ces différentes dimensions que nous nous proposons d’interroger le pouvoir de l’image dans la connaissance des phénomènes sociaux.  

II – La caméra comme outil pour les SHS

L’enjeu premier est de proposer un renouvellement des outils et méthodes de recherches des Sciences Sociales en profitant des atouts spécifiques de différents médiums esthétiques, notamment cinématographiques.

A) Partie méthodologique sur le dispositif cinématographique : l’outil audiovisuel propose un rapport spécifique et renouvelé entre l’observateur et l’environnement.

Les études de terrain attestent d’un besoin évident de nouveaux outils de recherche qui viennent apporter à la forme écrite une nouvelle justesse dans le traitement de phénomènes sociaux et géographiques. Le cinéma a des capacités plastiques et techniques qui lui permettent de palier, ou du moins d’interroger, ces manques (Raoulx, 2016).  Cela a des conséquences sur l’espace lui-même qui subit des transformations plastiques : il est rendu à l’image fragmenté, discontinu, découpé. En même temps, la caméra permet un déploiement mobile et multifocal. Ces qualités sont suffisantes pour qu’Éric Rohmer qualifie le travail de l’espace comme l’enjeu principal du cinéma. La « temporalité propre au cinéma » a, il faut bien le dire, été souvent privilégié dans l’étude à la « spatialité propre au cinéma ». C’est sur cette spatialité que peut se former une nouvelle approche universitaire de l’espace social et géographique.

Par exemple, dans La région centrale que Michael Snow réalise en 1970, le réalisateur s’intéresse au trop sous-estimé « mouvement de caméra en tant qu’entité expressive isolée » (Loppinot, 2010). Le travail de la caméra sans opérateur, soumise aux aléas d’un dispositif technique et du vent, sur un territoire désertique permet au spectateur et au réalisateur d’atteindre « un état d’hypersensibilité aux moindres variations lumineuses et sonores. Les mouvements de caméra sont les nôtres (…), et le corps n’est que mouvement. » (Loppinot, 2010). Ainsi, la dynamique inférée par l’outil à l’observateur et la domination des sens proprioceptifs sur la seule reconnaissance intellectuelle ouvre la voie à une théorisation possible de ce que serait un espace de cinéma (et non un espace au cinéma), outil qui apparaît indispensable au chercheur en Sciences Humaines et Sociales.

B) Mise en pratique des méthodes de recherche par l’outil audiovisuel : l’action

Si caméra, écriture filmique, montage, vue lumière, prise de son permettent à l’observateur et au spectateur une telle expérience proprioceptive d’un lieu, il paraît indispensable de se pencher sur ce que la manipulation de ces outils peut apporter à la recherche universitaire. « Les avantages d’un ethnographe peut tirer de l’usage d’une caméra sont pléthoriques » (Buob, 2016). Ce sont ces possibilités nouvelles que nous nous proposons d’étudier, à la fois d’un point de vue théorique et pratique. Cette réflexion ne peut se réduire au seul cinéma documentaire, et impose un questionnement sur les images numériques au sens large comme support didactique (fiction, jeu vidéo, réalité virtuelle.)

Il suffit de filmer pour se rendre compte de manière tactile, sensible, de ces spécificités. C’est pourquoi cette réflexion théorique ne peut se passer d’une dimension pratique. Les recherches sur la production de documentaires en Sciences Humaines et Sociales existent mais se trouvent limitées à certains pôles comme Toulouse (Bories, Cazenave, 2017, Paris, Bordeaux et Lyon (Calbérac, 2005), dont nous souhaitons nous appuyer sur les structures déjà existantes comme le Centre Max Weber et la Maison des Sciences et de l’Homme. La pratique de la caméra impose aux chercheurs une manière de voir entre la nature, le paysage, l’espace et les hommes. Se poser les questions des objets du cinéma géographique invite à penser la posture documentaire comme une « observation filmante » (Lallier, 2011).

III – CinéGraphies : un projet inséré dans la vie de l’ENS

Nous envisageons d’abord d’explorer le pan théorique des relations entre les sciences humaines et sociales et l’outil audio-visuel, pour ensuite proposer un rapport plus pratique entre la recherche et son objet en nous appuyant sur les structures existantes au sein des laboratoires de recherche lyonnais.

A) De la réflexion théorique …

Nous envisageons dans un premier temps d’organiser des journées d’étude animées par des jeunes chercheurs, des chercheurs confirmés et des professionnels des milieux cinématographiques et audio-visuels afin de discuter des problématiques à l’origine de ce laboratoire junior. Ces journées d’études se clôtureront sur des séances de projection de films animés et débattus par des chercheurs, mais aussi des réalisateurs et autres acteurs du milieu cinématographique.

Nous aimerions enfin rassembler les communications autour d’une série d’articles, afin de les proposer à un numéro spécial de revue.

B) … A la manipulation pratique

Un second volet de notre projet de recherche se trouve dans notre proposition d’organiser des master-class sur les thèmes de réflexion de notre laboratoire junior. Celles-ci proposeront, sur une ou deux journées, une réflexion théorique sur l’outil audio-visuel dans la recherche, mais comporteront également un volet pratique. Leur but est de permettre aux étudiants d’envisager et d’expérimenter concrètement l’écriture filmique de la recherche en passant derrière la caméra.

Nous aimerions au bout de ces deux années proposer nous-même une réalisation filmique de l’expérience de notre laboratoire junior. Cette réalisation se présentera sous la forme d’un essai d’écriture filmique sur les dessous du fonctionnement d’un laboratoire junior.

Bibliographie :

  • Buob.B, 2016, « La caméra-reflexe de l’ethnographie filmée. Se regarder regardé d’un côté, se regarder regardant l’autre », Enterlacs, Hors-série n°2, « Chercheurs de Champs », p 20-35
  • De Baecque.A, Delage.C, 1998, De l’histoire au cinéma, Paris, Editions Complexe, 200p
  • De Loppinot.S, 2010, La Région centrale de Michael Snow : voyage dans la quatrième dimension, Crisnée, Yellow now, 105p
  • Gaudin.A, 2015, L’espace cinématographique : Esthétique et dramaturgie, Paris, Armand Colin, 216p
  • Lallier.C, 2012, « L’observation filmante. Une catégorie de l’enquête ethnographique », L’Homme, Vol 2, n°198-199
  • Pleven.B, 2015, « Horizons géographiques du cinéma de fiction. Variations autour de la « géographie-caméra » », Géographie et cultures, n°93-94, p 189-2915
  • Raoulx.B, 2016, « Pour un regard documentaire en SHS », Entrelacs, Hors-série n°2 « Chercheurs de Champs », p 54-61
  • Rohmer.E, 2000, L’organisation de l’espace dans le Faust de Murnau (1972), Paris, Cahiers du Cinéma, 143p
  • Rohmer.E, 1948, « Le cinéma, art de l’espace » Revue du Cinéma, n°14
  • Staszak.J-F, 2014, « Géographie et cinéma : modes d’emploi », Annales de géographie, Vol 1, n°695-696, p 595-604

Filmographie :

  • Bories.O, Cazenave.J-M, 2017, Des champs ou des maisons, Toulouse, Dynamiques Rurales, 75 min
  • Calbérac.Y, 2010, Ce qui fait terrain – Fragments de recherche, Lyon, Environnement, Ville, Société, 52 minutes
  • Snow.M, 1971, La Région centrale, Ottawa, National Gallery of Canada, 180 min
  • Snow.M, 1967, Wavelength, Ottawa, National Gallery of Canada, 45 min