Stéphane Breton

Biographie

Stéphane Breton est un cinéaste français né en 1959.
Il a vécu plusieurs années dans les montagnes de Nouvelle- Guinée pour faire son métier d’ethnologue. Il a trouvé là- bas des gens pieds nus, armés d’arcs, dont il a appris la langue, l’humour, la cupidité et les disputes incessantes. Ils le dévisageaient avec incrédulité, attendant qu’il fasse le premier pas, se demandant s’il n’était pas venu leur vendre des savonnettes. Difficile de leur en vouloir.

De cette situation banale mais peu confortable, il a tiré Eux et moi, un film qui se déroule entre eux et lui, là où ont lieu échanges de poignées de main, de tabac, de sourires, de mots, de monnaies de coquillage. C’est l’ethnologue, celui qu’on ne voit pas puisqu’il filme mais qu’observent méthodiquement ceux qu’il regarde, qui devient maintenant le bon sauvage de naguère.

Voir et être vu est devenu le fil conducteur des films de Stéphane Breton. Après cela, il a tourné à Paris en bas de chez lui, au Kirghizstan, au Nouveau-Mexique, au Népal, en Russie et chez les Kurdes de Syrie des films documentaires à la tonalité poétique et introspective qui donnent aux choses et aux situations simples qui nous entourent l’aura du merveilleux et de la beauté. S’ils ont un ton ethnographique, c’est qu’ils se passent dans des contrées lointaines et décrivent la manière dont les gens sont chevillés à leur petit coin du monde, mais c’est aussi parce qu’ils donnent une présence au regard du filmeur, ethnologue malgré lui puisqu’il partage la vie de ceux qu’il regarde, mais aussi ethnologue de raison puisque regarder, c’est comprendre.

Master-class Stéphane Breton

Master-class organisée avec Stéphane Breton, suivie d’une projection de son film Les Forêts Sombres au cinéma Le Comedia

En vue d’établir des échanges autour de l’emploi de l’image en sciences sociales et avec un désir commun d’ouvrir des axes de réflexion transdisciplinaires, un consortium réunissant le laboratoire Passages Arts & Littératures (XXe-XXIe), le Centre Max Weber, la Mission Images, le Service des Affaires culturelles et le Laboratoire Junior Cinégraphie de l’ENS de Lyon, ainsi que l’association Champ Libre s’est constitué. L’établissement de ce consortium permet d’impulser une dynamique de réflexion trans-laboratoire et même au delà. L’ouverture d’un tel chantier nous semble d’autant plus prometteur qu’il nous questionne sur la façon dont nos disciplines rencontrent les débats et réflexions se tenant dans la sphère publique.

Pour son premier acte, le consortium invite le cinéaste et anthropologue Stéphane Breton pour une Master-Class, le 4 février 2020. Cette journée vise à interroger la façon dont l’approche cinématographique, plutôt sur son versant documentaire, et les démarches de recherches en SHS (en particulier la socio-anthropologie) peuvent être mises en dialogue.

Dans un premier temps, en salle D8 007 (site Buisson, ENS Lyon), à partir de 10h, Stéphane Breton nous parlera de son travail dans un format séminaire principalement adressé aux membres de nos laboratoires respectifs. Dans un second temps, ouvert à tous, il nous présentera son film Les Forêts sombres. La projection-débat se tiendra en fin de journée, à 18h, au cinéma Le Comœdia.

Compte rendu JE : “Enquêter en terrain sensible”

Compte rendu des interventions de la journée d’étude : “Enquêter en terrain sensible : quelle déontologie des outils audio-visuels ?”

30 janvier 2020 – Ens de Lyon

1) Jacques Lévy (Ecole Polytechnique Fédéral de Lausanne, Chôros)

« De l’espace pour le cinéma, du cinéma pour l’espace »

La problématique soulevée par Jacques Lévy a partir de son expérience filmique Urbanités, est celle de l’(in)adéquation entre le langage convoqué par les réalisations cinématographiques et le message de celles-ci. Il évoque la nécessaire inventivité dont doivent faire preuve les chercheurs-réalisateurs afin de renouveler les codes cinématographiques du film de recherche. Pour cela, il propose des collaborations interdisciplinaires entre scientifiques et artistes. Cependant, ces initiatives novatrices rencontrent la résistance d’un monde de la recherche inféodé à des injonctions normatives à la productivité scientifique. Il propose alors dix principes pour (re)construire un cinéma scientifique.

2) Hugo Montero (ENTPE, LAET)

« Collaborer pour approcher l’intangible : donner à voir et à entendre l’espace-temps d’un lieu de travail singulier »

A travers une expérience filmique auprès de gardiens d’un musée d’art contemporain, Hugo Montero interroge le processus de co-construction d’un film scientifique. La participation des enquêtés, qui deviennent alors co-auteurs de l’oeuvre invite à repenser les méthodes et la démarche proposées par le chercheur-réalisateur. D’une démarche assumée à l’acceptation et l’implication de celle-ci par les participants, il s’agit de comprendre collectivement les mécanismes sociaux et émotionnels en jeu dans l’attente au travail. 

3) Chloé Buire (CNRS, LAM)

« Narration de soi et écriture filmique : des brèches dans l’éthique de la co-production »

A partir de films autobiographiques réalisés dans le cadre d’un projet autour de la fabrique de la citoyenneté, Chloé Buire, revient rétrospectivement sur le processus de co-construction qui a accompagné cette expérience filmique auprès de jeunes fréquentant le Youth Cafe de ..La rencontre entre des jeunes sud-africains issus d’une société post-apartheid et issus de quartiers populaires, et une jeune chercheuse occidentale associée à une ONG interroge l’efficience des produits de la recherche. Si celle-ci est animée par une préoccupation décoloniale, sa mise en pratique collective apparaît comme une opportunité de reconstruction de soi pour les participants. Cependant, la confrontation à certains aspects méthodologiques et impératifs associatifs est à l’origine de dissonances entre des acteurs aux cultures et objectifs variés. Les produits culturels et scientifiques qui en ressortent sont alors le fruit d’une hybridation des pratiques, entre discussions, concessions et échanges. 

4) Céline Gaille (Photographe, Hans Lucas)

« Epreuve photographique, épreuve de recherche : comment fixer des ancrages incertains ? »

La photographe Céline Gaille raconte son parcours artistique, axé notamment autour des questions d’identité et d’étrangéité. Intégrée au projet de recherche mené par le groupe Camigri (Migrinter), notamment à travers les figures de Christophe Imbert et William Berthomière, elle se rend dans l’Ariège rencontrer, puis photographier, des personnes en situation de migration dans les espaces ruraux. De la bataille administrative des demandeurs d’asile au désir de « retour à la terre » de nouveaux paysans, elle capte les « ancrages incertains » de ces néo-ruraux en devenir permanent. Son regard d’artiste apporte une subjectivité et une sensibilité autres, qui invitent à repenser les relations entre les chercheurs et leur objet d’étude. 

Visite commentée de l’exposition photographique “Fragments d’ancrage” avec Céline Gaille

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

cinegraphies.labojunior@gmail.com