Compte rendu JE : “Enquêter en terrain sensible”

Compte rendu des interventions de la journée d’étude : “Enquêter en terrain sensible : quelle déontologie des outils audio-visuels ?”

30 janvier 2020 – Ens de Lyon

1) Jacques Lévy (Ecole Polytechnique Fédéral de Lausanne, Chôros)

« De l’espace pour le cinéma, du cinéma pour l’espace »

La problématique soulevée par Jacques Lévy a partir de son expérience filmique Urbanités, est celle de l’(in)adéquation entre le langage convoqué par les réalisations cinématographiques et le message de celles-ci. Il évoque la nécessaire inventivité dont doivent faire preuve les chercheurs-réalisateurs afin de renouveler les codes cinématographiques du film de recherche. Pour cela, il propose des collaborations interdisciplinaires entre scientifiques et artistes. Cependant, ces initiatives novatrices rencontrent la résistance d’un monde de la recherche inféodé à des injonctions normatives à la productivité scientifique. Il propose alors dix principes pour (re)construire un cinéma scientifique.

2) Hugo Montero (ENTPE, LAET)

« Collaborer pour approcher l’intangible : donner à voir et à entendre l’espace-temps d’un lieu de travail singulier »

A travers une expérience filmique auprès de gardiens d’un musée d’art contemporain, Hugo Montero interroge le processus de co-construction d’un film scientifique. La participation des enquêtés, qui deviennent alors co-auteurs de l’oeuvre invite à repenser les méthodes et la démarche proposées par le chercheur-réalisateur. D’une démarche assumée à l’acceptation et l’implication de celle-ci par les participants, il s’agit de comprendre collectivement les mécanismes sociaux et émotionnels en jeu dans l’attente au travail. 

3) Chloé Buire (CNRS, LAM)

« Narration de soi et écriture filmique : des brèches dans l’éthique de la co-production »

A partir de films autobiographiques réalisés dans le cadre d’un projet autour de la fabrique de la citoyenneté, Chloé Buire, revient rétrospectivement sur le processus de co-construction qui a accompagné cette expérience filmique auprès de jeunes fréquentant le Youth Cafe de ..La rencontre entre des jeunes sud-africains issus d’une société post-apartheid et issus de quartiers populaires, et une jeune chercheuse occidentale associée à une ONG interroge l’efficience des produits de la recherche. Si celle-ci est animée par une préoccupation décoloniale, sa mise en pratique collective apparaît comme une opportunité de reconstruction de soi pour les participants. Cependant, la confrontation à certains aspects méthodologiques et impératifs associatifs est à l’origine de dissonances entre des acteurs aux cultures et objectifs variés. Les produits culturels et scientifiques qui en ressortent sont alors le fruit d’une hybridation des pratiques, entre discussions, concessions et échanges. 

4) Céline Gaille (Photographe, Hans Lucas)

« Epreuve photographique, épreuve de recherche : comment fixer des ancrages incertains ? »

La photographe Céline Gaille raconte son parcours artistique, axé notamment autour des questions d’identité et d’étrangéité. Intégrée au projet de recherche mené par le groupe Camigri (Migrinter), notamment à travers les figures de Christophe Imbert et William Berthomière, elle se rend dans l’Ariège rencontrer, puis photographier, des personnes en situation de migration dans les espaces ruraux. De la bataille administrative des demandeurs d’asile au désir de « retour à la terre » de nouveaux paysans, elle capte les « ancrages incertains » de ces néo-ruraux en devenir permanent. Son regard d’artiste apporte une subjectivité et une sensibilité autres, qui invitent à repenser les relations entre les chercheurs et leur objet d’étude. 

Visite commentée de l’exposition photographique “Fragments d’ancrage” avec Céline Gaille

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

cinegraphies.labojunior@gmail.com

Journée d’étude “Enquêter en terrain sensible”

Journée d’étude “Enquêter en terrain sensible” : quelle déontologie des outils audio-visuels ?

Jeudi 30 janvier 2020 – 9h-15h30

Salle D8 003 – Bâtiment Buisson – ENS de Lyon – 15, parvis René Descartes – 69007 Lyon

Le laboratoire junior Cinégraphies affilé à l’ENS de Lyon est né de la volonté d’étudier les relations entre la recherche et les outils audio-visuels. Dans cette optique, nous proposons deux points de vue. D’une part, la production cinématographique apparaît comme un outil d’analyse des faits sociaux pour le chercheur. D’autre part, les outils audio-visuels apparaissent comme une ressource pour le chercheur dans sa démarche scientifique.

Dans ce cadre, nous organisons une journée d’étude qui aura lieu le jeudi 30 janvier 2019 à l’ENS de Lyon. Celle-ci a pour objectif d’interroger la question de l’éthique de l’utilisation des outils audio-visuels dans une démarche de recherche. Par outils audio-visuels, nous entendons au sens large, tous les outils capable d’enregistrer des informations susceptibles d’être réutilisés et diffusées (caméra, appareil photo, enregistreur sonore). Nous souhaitons également confronter et comparer aussi bien les productions de fiction que de recherche, en raison des problématiques communes auxquelles ces modes de production doivent faire face.
Pour cela, nous proposons trois axes d’étude :

  • Dans un premier temps, nous souhaitons aborder la question du prélèvement de l’information sur le terrain. Il s’agit alors d’interroger le dispositif spatial et ses conséquences.
  • Dans un second temps, nous proposons un regard sur la mise en forme de l’information, notamment à travers l’acte du montage et des choix sélectifs qu’il implique.
  • Enfin, nous aimerions ouvrir une discussion sur la question de la valorisation (ou non) de ces produits à travers la question de leur diffusion et du consentement. Tous ces axes doivent être interprétés au regard de la question éthique.

Vous pouvez trouver le programme de la journée ci-dessous. Le résumé de chaque intervention sera bientôt disponible sur la page consacrée à la journée.

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

cinegraphies.labojunior@gmail.com