Projet Cinégraphies

I – Le film : un nouveau terrain d’étude pour les Sciences Sociales

A) L’acte social de filmer

Pourquoi filmer ce lieu, cette situation, de cette façon, à cette époque ? Filmer reste d’abord un geste instinctif, celui de vouloir garder en mémoire et de montrer aux autres. Le geste cinématographique, celui de se saisir d’une caméra et de tourner un film est donc, lui aussi, un objet pour les Sciences Sociales. Conçu comme un acte social, une prise de position d’un individu à un moment spécifique, le film ne peut pas être étudié sans considérer le contexte dans lequel il a pris place. Pris, lors du processus de sa conception, de sa réalisation et de sa distribution, dans un ensemble de dynamiques, le film fonctionne comme un révélateur d’un état de la société – que son sujet traite explicitement des problématiques de son époque ou non. Son analyse peut ainsi participer à la vitalité et à la diversité des réflexions sur l’histoire, les renouveler et les approfondir (De Baecque, 1998).

B) Le langage cinématographique est un révélateur de phénomènes sociaux-spatiaux

Notre postulat initial est celui d’une force inhérente à l’art cinématographique, capable de mettre en lumière, de façon inédite, certains aspects de notre expérience socio-spatiale. Il s’agira pour nous de favoriser le développement d’une nouvelle catégorie d’objets d’études pour les Sciences Sociales, le film, sans le réduire à son contenu, à l’illustration des phénomènes sociaux qu’il constitue parfois ou à sa fonction de témoin historique – qui ne permettent pas d’appréhender les spécificités de son langage.

L’espace au cinéma n’est plus, dans cette perspective, un motif représenté ou un décor dans lequel l’action prendrait place, mais un phénomène dynamique créé par le mouvement de succession des images et des sons (Gaudin, 2004). L’image sculptée par la mise en scène et le montage, ou par la succession de plans aux échelles diverses, fait vivre au spectateur l’expérience d’un espace dessiné par les dialectiques du plein et du vide, du proche et du lointain, du large et du compressé, de l’intime et de l’étranger. Spatialisant nécessairement ce qu’elle filme, l’outil du cinéaste deviendrait dès lors, dans son essence même, une « caméra-géographe » (Pleven, 2015). Dès lors, l’espace au cinéma constitue « une voie phénoménologique pour approfondir la compréhension sensible de notre « espace vécu » » (Gaudin, 2004) et nous informe sur la spatialité de nos existences (Staszak, 2014). Les mécanismes spatiaux à l’œuvre lors de la projection d’un film permettent de saisir la manière dont l’homme expérimente l’espace. « Le cinéma amène une conception cinéplastique et rythmique de l’espace, quasiment irreprésentable avant lui, très difficilement pensable ailleurs qu’en sa matière expressive, et intimement liée à la structure spatiale de notre être au monde » (Gaudin, 2004).

Ces considérations font du cinéma l’outil indispensable à la compréhension de phénomènes spatiaux, une manière inédite d’aborder les problématiques que formule la Géographie et les Sciences Sociales en général. Elles s’inscrivent dans le cadre épistémologique des visual studies centrées sur l’analyse de l’image en général, conçue comme un support d’informations (le film comme témoin, illustration), une construction subjective (le film comme expression d’une certaine forme d’être au monde), et une création esthétique (avec toutes les puissances spécifiques au langage cinématographiques). C’est forts de ces différentes dimensions que nous nous proposons d’interroger le pouvoir de l’image dans la connaissance des phénomènes sociaux.  

II – La caméra comme outil pour les SHS

L’enjeu premier est de proposer un renouvellement des outils et méthodes de recherches des Sciences Sociales en profitant des atouts spécifiques de différents médiums esthétiques, notamment cinématographiques.

A) Partie méthodologique sur le dispositif cinématographique : l’outil audiovisuel propose un rapport spécifique et renouvelé entre l’observateur et l’environnement.

Les études de terrain attestent d’un besoin évident de nouveaux outils de recherche qui viennent apporter à la forme écrite une nouvelle justesse dans le traitement de phénomènes sociaux et géographiques. Le cinéma a des capacités plastiques et techniques qui lui permettent de palier, ou du moins d’interroger, ces manques (Raoulx, 2016).  Cela a des conséquences sur l’espace lui-même qui subit des transformations plastiques : il est rendu à l’image fragmenté, discontinu, découpé. En même temps, la caméra permet un déploiement mobile et multifocal. Ces qualités sont suffisantes pour qu’Éric Rohmer qualifie le travail de l’espace comme l’enjeu principal du cinéma. La « temporalité propre au cinéma » a, il faut bien le dire, été souvent privilégié dans l’étude à la « spatialité propre au cinéma ». C’est sur cette spatialité que peut se former une nouvelle approche universitaire de l’espace social et géographique.

Par exemple, dans La région centrale que Michael Snow réalise en 1970, le réalisateur s’intéresse au trop sous-estimé « mouvement de caméra en tant qu’entité expressive isolée » (Loppinot, 2010). Le travail de la caméra sans opérateur, soumise aux aléas d’un dispositif technique et du vent, sur un territoire désertique permet au spectateur et au réalisateur d’atteindre « un état d’hypersensibilité aux moindres variations lumineuses et sonores. Les mouvements de caméra sont les nôtres (…), et le corps n’est que mouvement. » (Loppinot, 2010). Ainsi, la dynamique inférée par l’outil à l’observateur et la domination des sens proprioceptifs sur la seule reconnaissance intellectuelle ouvre la voie à une théorisation possible de ce que serait un espace de cinéma (et non un espace au cinéma), outil qui apparaît indispensable au chercheur en Sciences Humaines et Sociales.

B) Mise en pratique des méthodes de recherche par l’outil audiovisuel : l’action

Si caméra, écriture filmique, montage, vue lumière, prise de son permettent à l’observateur et au spectateur une telle expérience proprioceptive d’un lieu, il paraît indispensable de se pencher sur ce que la manipulation de ces outils peut apporter à la recherche universitaire. « Les avantages d’un ethnographe peut tirer de l’usage d’une caméra sont pléthoriques » (Buob, 2016). Ce sont ces possibilités nouvelles que nous nous proposons d’étudier, à la fois d’un point de vue théorique et pratique. Cette réflexion ne peut se réduire au seul cinéma documentaire, et impose un questionnement sur les images numériques au sens large comme support didactique (fiction, jeu vidéo, réalité virtuelle.)

Il suffit de filmer pour se rendre compte de manière tactile, sensible, de ces spécificités. C’est pourquoi cette réflexion théorique ne peut se passer d’une dimension pratique. Les recherches sur la production de documentaires en Sciences Humaines et Sociales existent mais se trouvent limitées à certains pôles comme Toulouse (Bories, Cazenave, 2017, Paris, Bordeaux et Lyon (Calbérac, 2005), dont nous souhaitons nous appuyer sur les structures déjà existantes comme le Centre Max Weber et la Maison des Sciences et de l’Homme. La pratique de la caméra impose aux chercheurs une manière de voir entre la nature, le paysage, l’espace et les hommes. Se poser les questions des objets du cinéma géographique invite à penser la posture documentaire comme une « observation filmante » (Lallier, 2011).

III – CinéGraphies : un projet inséré dans la vie de l’ENS

Nous envisageons d’abord d’explorer le pan théorique des relations entre les sciences humaines et sociales et l’outil audio-visuel, pour ensuite proposer un rapport plus pratique entre la recherche et son objet en nous appuyant sur les structures existantes au sein des laboratoires de recherche lyonnais.

A) De la réflexion théorique …

Nous envisageons dans un premier temps d’organiser des journées d’étude animées par des jeunes chercheurs, des chercheurs confirmés et des professionnels des milieux cinématographiques et audio-visuels afin de discuter des problématiques à l’origine de ce laboratoire junior. Ces journées d’études se clôtureront sur des séances de projection de films animés et débattus par des chercheurs, mais aussi des réalisateurs et autres acteurs du milieu cinématographique.

Nous aimerions enfin rassembler les communications autour d’une série d’articles, afin de les proposer à un numéro spécial de revue.

B) … A la manipulation pratique

Un second volet de notre projet de recherche se trouve dans notre proposition d’organiser des master-class sur les thèmes de réflexion de notre laboratoire junior. Celles-ci proposeront, sur une ou deux journées, une réflexion théorique sur l’outil audio-visuel dans la recherche, mais comporteront également un volet pratique. Leur but est de permettre aux étudiants d’envisager et d’expérimenter concrètement l’écriture filmique de la recherche en passant derrière la caméra.

Nous aimerions au bout de ces deux années proposer nous-même une réalisation filmique de l’expérience de notre laboratoire junior. Cette réalisation se présentera sous la forme d’un essai d’écriture filmique sur les dessous du fonctionnement d’un laboratoire junior.

Bibliographie :

  • Buob.B, 2016, « La caméra-reflexe de l’ethnographie filmée. Se regarder regardé d’un côté, se regarder regardant l’autre », Enterlacs, Hors-série n°2, « Chercheurs de Champs », p 20-35
  • De Baecque.A, Delage.C, 1998, De l’histoire au cinéma, Paris, Editions Complexe, 200p
  • De Loppinot.S, 2010, La Région centrale de Michael Snow : voyage dans la quatrième dimension, Crisnée, Yellow now, 105p
  • Gaudin.A, 2015, L’espace cinématographique : Esthétique et dramaturgie, Paris, Armand Colin, 216p
  • Lallier.C, 2012, « L’observation filmante. Une catégorie de l’enquête ethnographique », L’Homme, Vol 2, n°198-199
  • Pleven.B, 2015, « Horizons géographiques du cinéma de fiction. Variations autour de la « géographie-caméra » », Géographie et cultures, n°93-94, p 189-2915
  • Raoulx.B, 2016, « Pour un regard documentaire en SHS », Entrelacs, Hors-série n°2 « Chercheurs de Champs », p 54-61
  • Rohmer.E, 2000, L’organisation de l’espace dans le Faust de Murnau (1972), Paris, Cahiers du Cinéma, 143p
  • Rohmer.E, 1948, « Le cinéma, art de l’espace » Revue du Cinéma, n°14
  • Staszak.J-F, 2014, « Géographie et cinéma : modes d’emploi », Annales de géographie, Vol 1, n°695-696, p 595-604

Filmographie :

  • Bories.O, Cazenave.J-M, 2017, Des champs ou des maisons, Toulouse, Dynamiques Rurales, 75 min
  • Calbérac.Y, 2010, Ce qui fait terrain – Fragments de recherche, Lyon, Environnement, Ville, Société, 52 minutes
  • Snow.M, 1971, La Région centrale, Ottawa, National Gallery of Canada, 180 min
  • Snow.M, 1967, Wavelength, Ottawa, National Gallery of Canada, 45 min

Stéphane Breton

Biographie

Stéphane Breton est un cinéaste français né en 1959.
Il a vécu plusieurs années dans les montagnes de Nouvelle- Guinée pour faire son métier d’ethnologue. Il a trouvé là- bas des gens pieds nus, armés d’arcs, dont il a appris la langue, l’humour, la cupidité et les disputes incessantes. Ils le dévisageaient avec incrédulité, attendant qu’il fasse le premier pas, se demandant s’il n’était pas venu leur vendre des savonnettes. Difficile de leur en vouloir.

De cette situation banale mais peu confortable, il a tiré Eux et moi, un film qui se déroule entre eux et lui, là où ont lieu échanges de poignées de main, de tabac, de sourires, de mots, de monnaies de coquillage. C’est l’ethnologue, celui qu’on ne voit pas puisqu’il filme mais qu’observent méthodiquement ceux qu’il regarde, qui devient maintenant le bon sauvage de naguère.

Voir et être vu est devenu le fil conducteur des films de Stéphane Breton. Après cela, il a tourné à Paris en bas de chez lui, au Kirghizstan, au Nouveau-Mexique, au Népal, en Russie et chez les Kurdes de Syrie des films documentaires à la tonalité poétique et introspective qui donnent aux choses et aux situations simples qui nous entourent l’aura du merveilleux et de la beauté. S’ils ont un ton ethnographique, c’est qu’ils se passent dans des contrées lointaines et décrivent la manière dont les gens sont chevillés à leur petit coin du monde, mais c’est aussi parce qu’ils donnent une présence au regard du filmeur, ethnologue malgré lui puisqu’il partage la vie de ceux qu’il regarde, mais aussi ethnologue de raison puisque regarder, c’est comprendre.

Master-class Stéphane Breton

Master-class organisée avec Stéphane Breton, suivie d’une projection de son film Les Forêts Sombres au cinéma Le Comedia

En vue d’établir des échanges autour de l’emploi de l’image en sciences sociales et avec un désir commun d’ouvrir des axes de réflexion transdisciplinaires, un consortium réunissant le laboratoire Passages Arts & Littératures (XXe-XXIe), le Centre Max Weber, la Mission Images, le Service des Affaires culturelles et le Laboratoire Junior Cinégraphie de l’ENS de Lyon, ainsi que l’association Champ Libre s’est constitué. L’établissement de ce consortium permet d’impulser une dynamique de réflexion trans-laboratoire et même au delà. L’ouverture d’un tel chantier nous semble d’autant plus prometteur qu’il nous questionne sur la façon dont nos disciplines rencontrent les débats et réflexions se tenant dans la sphère publique.

Pour son premier acte, le consortium invite le cinéaste et anthropologue Stéphane Breton pour une Master-Class, le 4 février 2020. Cette journée vise à interroger la façon dont l’approche cinématographique, plutôt sur son versant documentaire, et les démarches de recherches en SHS (en particulier la socio-anthropologie) peuvent être mises en dialogue.

Dans un premier temps, en salle D8 007 (site Buisson, ENS Lyon), à partir de 10h, Stéphane Breton nous parlera de son travail dans un format séminaire principalement adressé aux membres de nos laboratoires respectifs. Dans un second temps, ouvert à tous, il nous présentera son film Les Forêts sombres. La projection-débat se tiendra en fin de journée, à 18h, au cinéma Le Comœdia.

Séance de réflexion n°1 : “Dévoiler les marges ?”

Séance de réflexion n°1 : “Dévoiler les marges ? Eléments de réflexion pour l’introduction de médias scientifiques dans un contexte de recherche sensible”

Anne Lascaux – Doctorante – Université Jean Moulin Lyon 3

Approcher des individus ayant recours à des pratiques légalement et moralement controversées relève d’un défi méthodologique pour le chercheur. Celui-ci doit alors se confronter à la nécessité de produire et diffuser une administration de la preuve validée par ses pairs, mais aussi à l’injonction déontologique de protéger les acteurs qui constituent le coeur de son objet d’étude. Cette dichotomie peut alors être à l’origine d’un « malaise », selon l’expression employée par Sarah Mekdjian, qui vient réinterroger les méthodes de recherche. Cette invitation à repenser les rapports de domination dans les sciences humaines et sociales trouve un écho particulier dans les pratiques de prélèvement audio-visuels (caméra, appareil photo, dictaphone). 

Malgré des précautions d’anonymisation, certains lieux et individus restent reconnaissables. Il s‘agit alors parfois de renoncer à certains outils, plus précis, pour adopter des pratiques de recherche de contournement, volontairement floues et discrètes, comme l’abandon du dictaphone ou le recours à des dessins de certaines scènes. 

Cependant, la confiance et les pratiques de certains individus invitent, a contrario, à expérimenter d’autres formes de mise en valeur des acteurs et des espaces d’étude. Par exemple, certains formats très courts de vidéos, montrant une unité d’action précise ou un lieu offrent un médium efficace de dévoilement des interstices et des pratiques originales. Le geste, le lieu, son accès, sont ainsi rendus plus intelligibles par le recours à l’image animée. Certains enquêtés ont même souhaité témoigner, l’usage de la caméra permettant ici de donner une voix et un visage à des individus souventinvisibilisés. De plus, le recours à des enregistrements en amont, puis sur le terrain, permet également de restituer l’ambiance et les choix d’une méthodologie de travail singulière, réalisée dans un cadre familial. 

Ainsi, entre éthique et politique, l’introduction d’un matériel de prélèvement d’images et de sons sur des terrains de recherche répond à des choix qui doivent être le fruit d’une concertation entre le chercheur et ses interlocuteurs. La banalisation de certaines pratiques d’enregistrement et de captation invite à repenser l’approche et les usages des produits de la recherche, aussi bien sur le terrain, que dans la construction et la diffusion des résultats. 

Compte rendu JE : “Enquêter en terrain sensible”

Compte rendu des interventions de la journée d’étude : “Enquêter en terrain sensible : quelle déontologie des outils audio-visuels ?”

30 janvier 2020 – Ens de Lyon

1) Jacques Lévy (Ecole Polytechnique Fédéral de Lausanne, Chôros)

« De l’espace pour le cinéma, du cinéma pour l’espace »

La problématique soulevée par Jacques Lévy a partir de son expérience filmique Urbanités, est celle de l’(in)adéquation entre le langage convoqué par les réalisations cinématographiques et le message de celles-ci. Il évoque la nécessaire inventivité dont doivent faire preuve les chercheurs-réalisateurs afin de renouveler les codes cinématographiques du film de recherche. Pour cela, il propose des collaborations interdisciplinaires entre scientifiques et artistes. Cependant, ces initiatives novatrices rencontrent la résistance d’un monde de la recherche inféodé à des injonctions normatives à la productivité scientifique. Il propose alors dix principes pour (re)construire un cinéma scientifique.

2) Hugo Montero (ENTPE, LAET)

« Collaborer pour approcher l’intangible : donner à voir et à entendre l’espace-temps d’un lieu de travail singulier »

A travers une expérience filmique auprès de gardiens d’un musée d’art contemporain, Hugo Montero interroge le processus de co-construction d’un film scientifique. La participation des enquêtés, qui deviennent alors co-auteurs de l’oeuvre invite à repenser les méthodes et la démarche proposées par le chercheur-réalisateur. D’une démarche assumée à l’acceptation et l’implication de celle-ci par les participants, il s’agit de comprendre collectivement les mécanismes sociaux et émotionnels en jeu dans l’attente au travail. 

3) Chloé Buire (CNRS, LAM)

« Narration de soi et écriture filmique : des brèches dans l’éthique de la co-production »

A partir de films autobiographiques réalisés dans le cadre d’un projet autour de la fabrique de la citoyenneté, Chloé Buire, revient rétrospectivement sur le processus de co-construction qui a accompagné cette expérience filmique auprès de jeunes fréquentant le Youth Cafe de ..La rencontre entre des jeunes sud-africains issus d’une société post-apartheid et issus de quartiers populaires, et une jeune chercheuse occidentale associée à une ONG interroge l’efficience des produits de la recherche. Si celle-ci est animée par une préoccupation décoloniale, sa mise en pratique collective apparaît comme une opportunité de reconstruction de soi pour les participants. Cependant, la confrontation à certains aspects méthodologiques et impératifs associatifs est à l’origine de dissonances entre des acteurs aux cultures et objectifs variés. Les produits culturels et scientifiques qui en ressortent sont alors le fruit d’une hybridation des pratiques, entre discussions, concessions et échanges. 

4) Céline Gaille (Photographe, Hans Lucas)

« Epreuve photographique, épreuve de recherche : comment fixer des ancrages incertains ? »

La photographe Céline Gaille raconte son parcours artistique, axé notamment autour des questions d’identité et d’étrangéité. Intégrée au projet de recherche mené par le groupe Camigri (Migrinter), notamment à travers les figures de Christophe Imbert et William Berthomière, elle se rend dans l’Ariège rencontrer, puis photographier, des personnes en situation de migration dans les espaces ruraux. De la bataille administrative des demandeurs d’asile au désir de « retour à la terre » de nouveaux paysans, elle capte les « ancrages incertains » de ces néo-ruraux en devenir permanent. Son regard d’artiste apporte une subjectivité et une sensibilité autres, qui invitent à repenser les relations entre les chercheurs et leur objet d’étude. 

Visite commentée de l’exposition photographique “Fragments d’ancrage” avec Céline Gaille

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

cinegraphies.labojunior@gmail.com