Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

Elif Can

Doctorante en sociologie

Actuellement inscrite en deuxième année de doctorat en sociologie à l’ENS de Lyon, je travaille avec Christine Détrez de l’ENS de Lyon et Cem Ozatalay de l’Université Galatasaray (Istanbul) sur les problématiques de la fabrique scolaire de l’histoire et sa réception par les lycéen.nes issu.es des classes populaires en Turquie. Mon objectif principal est de saisir les représentations sociales de l’histoire nationale qu’ont les élèves en lien avec les effets socialisateurs produits par multiples cadres socialisateurs et les dynamiques contextuelles qui sous-tendent les rapports sociaux d’apprentissage. C’est pourquoi, l’ensemble des produits culturels (notamment ceux qui rapportent à l’histoire, mais pas seulement) et leur réception s’inscrivent dans les préoccupations de ma thèse.

Mathilde Grasset

Masterante en géographie

Elève normalienne en master de Sciences Sociales parcours « Espaces » et des Pensées du cinéma, j’élabore dans mes recherches une approche méthodologique à la frontière entre la géographie et le cinéma, faisant du langage cinématographique mon principal terrain d’étude. Considérant les films comme un objet d’étude géographique, c’est-à-dire comme un support solide à l’analyse spatiale des sociétés, mes réflexions portent sur la notion d’espace intime et la manière dont certains cinéastes encodent leur rapport affectif, sinon existentiel

Sinem Gunes

Doctorante en philosophie de la médecine

Doctorante contractuelle en philosophie en deuxième année à l’ENS de Lyon, je travaille sur les représentations du corps et de la maladie chez les femmes atteintes d’un cancer du sein. Pendant ma licence de philosophie à l’Université Galatasaray (Istanbul), j’ai eu l’occasion de travailler en tant que rédactrice dans une association de cinéma (http://folsinema.com/). Cette expérience m’a permis de réfléchir sur le film comme source, outil et produit de pensée et depuis je m’intéresse aux divers usages du film dans les Sciences Humaines et Sociales. Cet intérêt s’est manifesté par la rédaction d’un mémoire de Master 2 sous la direction d’Elise Domenach sur les usages philosophiques du cinéma structurel en 2018 et continue avec la création du Laboratoire junior Cinégraphies en 2019.

Hugo Hamon

Masterant en histoire

J’ai intégré l’ENS de Lyon en Etudes Cinématographiques en 2016. Après un master de théorie et de philosophie du cinéma de 2016 à 2018 « Les pensées du cinéma », sous la direction d’Antoine de Baecque, j’ai rejoint le Master d’Histoire Contemporaines « Constructions des sociétés contemporaines » en 2018. Mes recherches portent sur la performativité du dispositif cinéma. Ainsi l’analyse théorique de la forme esthétique et des possibilités plastiques des actions « filmer » et « diffuser » apporte au laboratoire un corpus bibliographique et filmique qui intègre le travail des enjeux documentaires, notamment le cinéma de recherche, à thèse, ethnographique, social etc., sans éclipser la fiction et les formes intermédiaires comme fins en soi (écriture filmique par exemple), ainsi que des connaissances pratiques (prise en main caméra, montage, écriture filmique).

Anne Lascaux

Doctorante en géographie

Actuellement en troisième année de doctorat à l’Université Lyon 3, je travaille sous la direction de Karine Bennafla et Julie Le Gall sur le recours aux pratiques informelles des migrants marocains dans le cadre de leur installation en agriculture dans la huerta méditerranéenne française. Etudier des pratiques informelles m’invite à constamment réinterroger les méthodes de recherche utilisées sur le terrain, ainsi qu’à reconsidérer les outils de la recherche.

Journée d’étude “Enquêter en terrain sensible”

Journée d’étude “Enquêter en terrain sensible” : quelle déontologie des outils audio-visuels ?

Jeudi 30 janvier 2020 – 9h-15h30

Salle D8 003 – Bâtiment Buisson – ENS de Lyon – 15, parvis René Descartes – 69007 Lyon

Le laboratoire junior Cinégraphies affilé à l’ENS de Lyon est né de la volonté d’étudier les relations entre la recherche et les outils audio-visuels. Dans cette optique, nous proposons deux points de vue. D’une part, la production cinématographique apparaît comme un outil d’analyse des faits sociaux pour le chercheur. D’autre part, les outils audio-visuels apparaissent comme une ressource pour le chercheur dans sa démarche scientifique.

Dans ce cadre, nous organisons une journée d’étude qui aura lieu le jeudi 30 janvier 2019 à l’ENS de Lyon. Celle-ci a pour objectif d’interroger la question de l’éthique de l’utilisation des outils audio-visuels dans une démarche de recherche. Par outils audio-visuels, nous entendons au sens large, tous les outils capable d’enregistrer des informations susceptibles d’être réutilisés et diffusées (caméra, appareil photo, enregistreur sonore). Nous souhaitons également confronter et comparer aussi bien les productions de fiction que de recherche, en raison des problématiques communes auxquelles ces modes de production doivent faire face.
Pour cela, nous proposons trois axes d’étude :

  • Dans un premier temps, nous souhaitons aborder la question du prélèvement de l’information sur le terrain. Il s’agit alors d’interroger le dispositif spatial et ses conséquences.
  • Dans un second temps, nous proposons un regard sur la mise en forme de l’information, notamment à travers l’acte du montage et des choix sélectifs qu’il implique.
  • Enfin, nous aimerions ouvrir une discussion sur la question de la valorisation (ou non) de ces produits à travers la question de leur diffusion et du consentement. Tous ces axes doivent être interprétés au regard de la question éthique.

Vous pouvez trouver le programme de la journée ci-dessous. Le résumé de chaque intervention sera bientôt disponible sur la page consacrée à la journée.

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

cinegraphies.labojunior@gmail.com

Exposition “Fragments d’ancrage”

Exposition photographique par Céline Gaille

Mezzanine du forum Félix Pécaut – Site Descartes – Ens de Lyon – 15, parvis René Descartes – 69007 Lyon

Entrée libre – 30 janvier 2020 – 10 avril 2020

Contexte et démarche d’un dialogue entre recherche et photographie autour de dynamiques migratoires contemporaines en Ariège.

L’Ariège offre depuis longtemps la possibilité à des personnes venues d’ailleurs d’occuper une place dans son paysage social et géographique. Leurs vies sont marquées par l’invention et l’adoption de principes contournant les critères normés de l’habitat, de l’agriculture et de l’accueil.

Travailler à produire la compréhension de l’évolution des sociabilités dans le monde rural constitue l’un des objectifs que se sont mutuellement donnés la photographe Céline Gaille et deux chercheurs du projet de recherche CAMIGRI, Christophe Imbert et William Berthomière. A partir des objectifs scientifiques du projet CAMIGRI(1) visant à décrire les caractéristiques des dynamiques migratoires contemporaines que connait le monde rural, ce collectif a choisi d’engager une réflexion partagée à partir de son terrain de recherche ariégeois, marqué par une tradition hospitalière et représenté comme une « terre des possibles ». C’est la dimension discrète de la présence, dont l’entièreté des traits échappent bien souvent aux méthodologies classiques, qui fait ici l’objet d’un dialogue entre recherche et photographie : demandeurs d’asile, néo-ruraux de différentes nationalités et “bobos” ruraux, militants et défenseurs d’une cause, retraités (re)venus de la ville… Il apparaît que ce peuplement en mouvement produit un tissu où se croisent des aidants, des familles, des communautés autour de l’habitat, de l’agriculture, du tourisme et des politiques d’accueil des migrants.

L’apport d’un regard photographique singulier au cours d’un road trip effectué sur un temps long et en décalé par rapport au travail des chercheurs, fait d’allers-retours, d’explorations et de rencontres récurrentes pour la photographe permet sans aucun doute de révéler les forces en présence, au sens premier de l’expression : la force des présences, à travers des portraits, des apparitions, des situations, des changements inopinés. Dès janvier 2019, des échanges nourris entre la photographe et les géographes, préalables aux premières rencontres ont donné des contours à ces galaxies humaines dispersées dans une vaste nature. Au bout de plusieurs semaines d’observation et de dialogue, il semble que ces expériences migratoires revêtent une part de volonté absolue mélangée à une forme d’incertitude palpable : le regard y décèle plutôt la mobilité et le détachement dans l’ancrage, le contraire en somme d’un voyage qui s’arrête. On n’aperçoit jamais le bout de la route, mais toujours des nouveaux chemins qui se dessinent. C’est une approche sensible qu’a choisie la photographe Céline Gaille, l’engageant ainsi dans la sphère intime et subjective de ces familles, groupes ou individus.

La sélection présentée est issue du documentaire photographique en cours depuis janvier 2019 sur la dynamique des migrations internationales dans les campagnes françaises, porté par le projet CAMIGRI / CNRS et financé par l’ANR.

Elle a été montée et présentée par une collaboration entre les membres du projet CAMIGRI et le laboratoire junior Cinégraphies, dans le cadre de la journée d’étude du 30 janvier « Enquêter en terrain « sensible » : quelle déontologie des outils audio-visuels ? »

Céline Gaille, Photographe diffusée par le Studio Hans Lucas – https://celinegaille.com
William Berthomière, Chercheur CNRS, UMR PASSAGES
Christophe Imbert, Professeur à l’Université de Rouen-Normandie, UMR IDEES

Pour plus d’informations sur le projet CAMIGRI :  https://camigri.hypotheses.org/

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

cinegraphies.labojunior@gmail.com