Séance de réflexion n°1 : “Dévoiler les marges ?”

Séance de réflexion n°1 : “Dévoiler les marges ? Eléments de réflexion pour l’introduction de médias scientifiques dans un contexte de recherche sensible”

Anne Lascaux – Doctorante – Université Jean Moulin Lyon 3

Approcher des individus ayant recours à des pratiques légalement et moralement controversées relève d’un défi méthodologique pour le chercheur. Celui-ci doit alors se confronter à la nécessité de produire et diffuser une administration de la preuve validée par ses pairs, mais aussi à l’injonction déontologique de protéger les acteurs qui constituent le coeur de son objet d’étude. Cette dichotomie peut alors être à l’origine d’un « malaise », selon l’expression employée par Sarah Mekdjian, qui vient réinterroger les méthodes de recherche. Cette invitation à repenser les rapports de domination dans les sciences humaines et sociales trouve un écho particulier dans les pratiques de prélèvement audio-visuels (caméra, appareil photo, dictaphone). 

Malgré des précautions d’anonymisation, certains lieux et individus restent reconnaissables. Il s‘agit alors parfois de renoncer à certains outils, plus précis, pour adopter des pratiques de recherche de contournement, volontairement floues et discrètes, comme l’abandon du dictaphone ou le recours à des dessins de certaines scènes. 

Cependant, la confiance et les pratiques de certains individus invitent, a contrario, à expérimenter d’autres formes de mise en valeur des acteurs et des espaces d’étude. Par exemple, certains formats très courts de vidéos, montrant une unité d’action précise ou un lieu offrent un médium efficace de dévoilement des interstices et des pratiques originales. Le geste, le lieu, son accès, sont ainsi rendus plus intelligibles par le recours à l’image animée. Certains enquêtés ont même souhaité témoigner, l’usage de la caméra permettant ici de donner une voix et un visage à des individus souventinvisibilisés. De plus, le recours à des enregistrements en amont, puis sur le terrain, permet également de restituer l’ambiance et les choix d’une méthodologie de travail singulière, réalisée dans un cadre familial. 

Ainsi, entre éthique et politique, l’introduction d’un matériel de prélèvement d’images et de sons sur des terrains de recherche répond à des choix qui doivent être le fruit d’une concertation entre le chercheur et ses interlocuteurs. La banalisation de certaines pratiques d’enregistrement et de captation invite à repenser l’approche et les usages des produits de la recherche, aussi bien sur le terrain, que dans la construction et la diffusion des résultats.