Projection documentaire “Filatures”

Séance de projection du documentaire “Filatures” en présence de Lilia Mercklé-Détrez (réalisatrice) et de Christine Détrez (sociologue)

Jeudi 21 octobre 2021 à 18h au cinéma Comoedia (sur inscription ici)

Synopsis :

L’une écrit, l’autre filme. Christine Détrez est sociologue et écrivaine. Il y a quelques années, elle décide de mener l’enquête sur sa mère, Christiane, morte quand elle avait deux ans, sujet tabou, ce qu’il est convenu d’appeler un secret de famille. Lilia Mercklé-Détrez, elle, devait réaliser un projet documentaire pour présenter la CinéFabrique : elle décide d’accompagner Christine, sa mère, sur les traces de Christiane. Deux ans plus tard, grâce à l’école, elle reprend le documentaire : de Douai à Sfax, mère et fille vont recomposer la trajectoire de Christiane, mais aussi des femmes de sa génération : projet de mère en fille, contre le silence, contre l’oubli, qui dit, aussi, le pouvoir du cinéma.

Stéphane Breton

Biographie

Stéphane Breton est un cinéaste français né en 1959.
Il a vécu plusieurs années dans les montagnes de Nouvelle- Guinée pour faire son métier d’ethnologue. Il a trouvé là- bas des gens pieds nus, armés d’arcs, dont il a appris la langue, l’humour, la cupidité et les disputes incessantes. Ils le dévisageaient avec incrédulité, attendant qu’il fasse le premier pas, se demandant s’il n’était pas venu leur vendre des savonnettes. Difficile de leur en vouloir.

De cette situation banale mais peu confortable, il a tiré Eux et moi, un film qui se déroule entre eux et lui, là où ont lieu échanges de poignées de main, de tabac, de sourires, de mots, de monnaies de coquillage. C’est l’ethnologue, celui qu’on ne voit pas puisqu’il filme mais qu’observent méthodiquement ceux qu’il regarde, qui devient maintenant le bon sauvage de naguère.

Voir et être vu est devenu le fil conducteur des films de Stéphane Breton. Après cela, il a tourné à Paris en bas de chez lui, au Kirghizstan, au Nouveau-Mexique, au Népal, en Russie et chez les Kurdes de Syrie des films documentaires à la tonalité poétique et introspective qui donnent aux choses et aux situations simples qui nous entourent l’aura du merveilleux et de la beauté. S’ils ont un ton ethnographique, c’est qu’ils se passent dans des contrées lointaines et décrivent la manière dont les gens sont chevillés à leur petit coin du monde, mais c’est aussi parce qu’ils donnent une présence au regard du filmeur, ethnologue malgré lui puisqu’il partage la vie de ceux qu’il regarde, mais aussi ethnologue de raison puisque regarder, c’est comprendre.

Master-class Stéphane Breton

Master-class organisée avec Stéphane Breton, suivie d’une projection de son film Les Forêts Sombres au cinéma Le Comedia

En vue d’établir des échanges autour de l’emploi de l’image en sciences sociales et avec un désir commun d’ouvrir des axes de réflexion transdisciplinaires, un consortium réunissant le laboratoire Passages Arts & Littératures (XXe-XXIe), le Centre Max Weber, la Mission Images, le Service des Affaires culturelles et le Laboratoire Junior Cinégraphie de l’ENS de Lyon, ainsi que l’association Champ Libre s’est constitué. L’établissement de ce consortium permet d’impulser une dynamique de réflexion trans-laboratoire et même au delà. L’ouverture d’un tel chantier nous semble d’autant plus prometteur qu’il nous questionne sur la façon dont nos disciplines rencontrent les débats et réflexions se tenant dans la sphère publique.

Pour son premier acte, le consortium invite le cinéaste et anthropologue Stéphane Breton pour une Master-Class, le 4 février 2020. Cette journée vise à interroger la façon dont l’approche cinématographique, plutôt sur son versant documentaire, et les démarches de recherches en SHS (en particulier la socio-anthropologie) peuvent être mises en dialogue.

Dans un premier temps, en salle D8 007 (site Buisson, ENS Lyon), à partir de 10h, Stéphane Breton nous parlera de son travail dans un format séminaire principalement adressé aux membres de nos laboratoires respectifs. Dans un second temps, ouvert à tous, il nous présentera son film Les Forêts sombres. La projection-débat se tiendra en fin de journée, à 18h, au cinéma Le Comœdia.

Séance de réflexion n°1 : “Dévoiler les marges ?”

Séance de réflexion n°1 : “Dévoiler les marges ? Eléments de réflexion pour l’introduction de médias scientifiques dans un contexte de recherche sensible”

Anne Lascaux – Doctorante – Université Jean Moulin Lyon 3

Approcher des individus ayant recours à des pratiques légalement et moralement controversées relève d’un défi méthodologique pour le chercheur. Celui-ci doit alors se confronter à la nécessité de produire et diffuser une administration de la preuve validée par ses pairs, mais aussi à l’injonction déontologique de protéger les acteurs qui constituent le coeur de son objet d’étude. Cette dichotomie peut alors être à l’origine d’un « malaise », selon l’expression employée par Sarah Mekdjian, qui vient réinterroger les méthodes de recherche. Cette invitation à repenser les rapports de domination dans les sciences humaines et sociales trouve un écho particulier dans les pratiques de prélèvement audio-visuels (caméra, appareil photo, dictaphone). 

Malgré des précautions d’anonymisation, certains lieux et individus restent reconnaissables. Il s‘agit alors parfois de renoncer à certains outils, plus précis, pour adopter des pratiques de recherche de contournement, volontairement floues et discrètes, comme l’abandon du dictaphone ou le recours à des dessins de certaines scènes. 

Cependant, la confiance et les pratiques de certains individus invitent, a contrario, à expérimenter d’autres formes de mise en valeur des acteurs et des espaces d’étude. Par exemple, certains formats très courts de vidéos, montrant une unité d’action précise ou un lieu offrent un médium efficace de dévoilement des interstices et des pratiques originales. Le geste, le lieu, son accès, sont ainsi rendus plus intelligibles par le recours à l’image animée. Certains enquêtés ont même souhaité témoigner, l’usage de la caméra permettant ici de donner une voix et un visage à des individus souventinvisibilisés. De plus, le recours à des enregistrements en amont, puis sur le terrain, permet également de restituer l’ambiance et les choix d’une méthodologie de travail singulière, réalisée dans un cadre familial. 

Ainsi, entre éthique et politique, l’introduction d’un matériel de prélèvement d’images et de sons sur des terrains de recherche répond à des choix qui doivent être le fruit d’une concertation entre le chercheur et ses interlocuteurs. La banalisation de certaines pratiques d’enregistrement et de captation invite à repenser l’approche et les usages des produits de la recherche, aussi bien sur le terrain, que dans la construction et la diffusion des résultats. 

Compte rendu JE : “Enquêter en terrain sensible”

Compte rendu des interventions de la journée d’étude : “Enquêter en terrain sensible : quelle déontologie des outils audio-visuels ?”

30 janvier 2020 – Ens de Lyon

1) Jacques Lévy (Ecole Polytechnique Fédéral de Lausanne, Chôros)

« De l’espace pour le cinéma, du cinéma pour l’espace »

La problématique soulevée par Jacques Lévy a partir de son expérience filmique Urbanités, est celle de l’(in)adéquation entre le langage convoqué par les réalisations cinématographiques et le message de celles-ci. Il évoque la nécessaire inventivité dont doivent faire preuve les chercheurs-réalisateurs afin de renouveler les codes cinématographiques du film de recherche. Pour cela, il propose des collaborations interdisciplinaires entre scientifiques et artistes. Cependant, ces initiatives novatrices rencontrent la résistance d’un monde de la recherche inféodé à des injonctions normatives à la productivité scientifique. Il propose alors dix principes pour (re)construire un cinéma scientifique.

2) Hugo Montero (ENTPE, LAET)

« Collaborer pour approcher l’intangible : donner à voir et à entendre l’espace-temps d’un lieu de travail singulier »

A travers une expérience filmique auprès de gardiens d’un musée d’art contemporain, Hugo Montero interroge le processus de co-construction d’un film scientifique. La participation des enquêtés, qui deviennent alors co-auteurs de l’oeuvre invite à repenser les méthodes et la démarche proposées par le chercheur-réalisateur. D’une démarche assumée à l’acceptation et l’implication de celle-ci par les participants, il s’agit de comprendre collectivement les mécanismes sociaux et émotionnels en jeu dans l’attente au travail. 

3) Chloé Buire (CNRS, LAM)

« Narration de soi et écriture filmique : des brèches dans l’éthique de la co-production »

A partir de films autobiographiques réalisés dans le cadre d’un projet autour de la fabrique de la citoyenneté, Chloé Buire, revient rétrospectivement sur le processus de co-construction qui a accompagné cette expérience filmique auprès de jeunes fréquentant le Youth Cafe de ..La rencontre entre des jeunes sud-africains issus d’une société post-apartheid et issus de quartiers populaires, et une jeune chercheuse occidentale associée à une ONG interroge l’efficience des produits de la recherche. Si celle-ci est animée par une préoccupation décoloniale, sa mise en pratique collective apparaît comme une opportunité de reconstruction de soi pour les participants. Cependant, la confrontation à certains aspects méthodologiques et impératifs associatifs est à l’origine de dissonances entre des acteurs aux cultures et objectifs variés. Les produits culturels et scientifiques qui en ressortent sont alors le fruit d’une hybridation des pratiques, entre discussions, concessions et échanges. 

4) Céline Gaille (Photographe, Hans Lucas)

« Epreuve photographique, épreuve de recherche : comment fixer des ancrages incertains ? »

La photographe Céline Gaille raconte son parcours artistique, axé notamment autour des questions d’identité et d’étrangéité. Intégrée au projet de recherche mené par le groupe Camigri (Migrinter), notamment à travers les figures de Christophe Imbert et William Berthomière, elle se rend dans l’Ariège rencontrer, puis photographier, des personnes en situation de migration dans les espaces ruraux. De la bataille administrative des demandeurs d’asile au désir de « retour à la terre » de nouveaux paysans, elle capte les « ancrages incertains » de ces néo-ruraux en devenir permanent. Son regard d’artiste apporte une subjectivité et une sensibilité autres, qui invitent à repenser les relations entre les chercheurs et leur objet d’étude. 

Visite commentée de l’exposition photographique “Fragments d’ancrage” avec Céline Gaille

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

cinegraphies.labojunior@gmail.com

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

Elif Can

Doctorante en sociologie

Actuellement inscrite en deuxième année de doctorat en sociologie à l’ENS de Lyon, je travaille avec Christine Détrez de l’ENS de Lyon et Cem Ozatalay de l’Université Galatasaray (Istanbul) sur les problématiques de la fabrique scolaire de l’histoire et sa réception par les lycéen.nes issu.es des classes populaires en Turquie. Mon objectif principal est de saisir les représentations sociales de l’histoire nationale qu’ont les élèves en lien avec les effets socialisateurs produits par multiples cadres socialisateurs et les dynamiques contextuelles qui sous-tendent les rapports sociaux d’apprentissage. C’est pourquoi, l’ensemble des produits culturels (notamment ceux qui rapportent à l’histoire, mais pas seulement) et leur réception s’inscrivent dans les préoccupations de ma thèse.

Mathilde Grasset

Masterante en géographie

Elève normalienne en master de Sciences Sociales parcours « Espaces » et des Pensées du cinéma, j’élabore dans mes recherches une approche méthodologique à la frontière entre la géographie et le cinéma, faisant du langage cinématographique mon principal terrain d’étude. Considérant les films comme un objet d’étude géographique, c’est-à-dire comme un support solide à l’analyse spatiale des sociétés, mes réflexions portent sur la notion d’espace intime et la manière dont certains cinéastes encodent leur rapport affectif, sinon existentiel

Sinem Gunes

Doctorante en philosophie de la médecine

Doctorante contractuelle en philosophie en deuxième année à l’ENS de Lyon, je travaille sur les représentations du corps et de la maladie chez les femmes atteintes d’un cancer du sein. Pendant ma licence de philosophie à l’Université Galatasaray (Istanbul), j’ai eu l’occasion de travailler en tant que rédactrice dans une association de cinéma (http://folsinema.com/). Cette expérience m’a permis de réfléchir sur le film comme source, outil et produit de pensée et depuis je m’intéresse aux divers usages du film dans les Sciences Humaines et Sociales. Cet intérêt s’est manifesté par la rédaction d’un mémoire de Master 2 sous la direction d’Elise Domenach sur les usages philosophiques du cinéma structurel en 2018 et continue avec la création du Laboratoire junior Cinégraphies en 2019.

Hugo Hamon

Masterant en histoire

J’ai intégré l’ENS de Lyon en Etudes Cinématographiques en 2016. Après un master de théorie et de philosophie du cinéma de 2016 à 2018 « Les pensées du cinéma », sous la direction d’Antoine de Baecque, j’ai rejoint le Master d’Histoire Contemporaines « Constructions des sociétés contemporaines » en 2018. Mes recherches portent sur la performativité du dispositif cinéma. Ainsi l’analyse théorique de la forme esthétique et des possibilités plastiques des actions « filmer » et « diffuser » apporte au laboratoire un corpus bibliographique et filmique qui intègre le travail des enjeux documentaires, notamment le cinéma de recherche, à thèse, ethnographique, social etc., sans éclipser la fiction et les formes intermédiaires comme fins en soi (écriture filmique par exemple), ainsi que des connaissances pratiques (prise en main caméra, montage, écriture filmique).

Anne Lascaux

Doctorante en géographie

Actuellement en troisième année de doctorat à l’Université Lyon 3, je travaille sous la direction de Karine Bennafla et Julie Le Gall sur le recours aux pratiques informelles des migrants marocains dans le cadre de leur installation en agriculture dans la huerta méditerranéenne française. Etudier des pratiques informelles m’invite à constamment réinterroger les méthodes de recherche utilisées sur le terrain, ainsi qu’à reconsidérer les outils de la recherche.

Journée d’étude “Enquêter en terrain sensible”

Journée d’étude “Enquêter en terrain sensible” : quelle déontologie des outils audio-visuels ?

Jeudi 30 janvier 2020 – 9h-15h30

Salle D8 003 – Bâtiment Buisson – ENS de Lyon – 15, parvis René Descartes – 69007 Lyon

Le laboratoire junior Cinégraphies affilé à l’ENS de Lyon est né de la volonté d’étudier les relations entre la recherche et les outils audio-visuels. Dans cette optique, nous proposons deux points de vue. D’une part, la production cinématographique apparaît comme un outil d’analyse des faits sociaux pour le chercheur. D’autre part, les outils audio-visuels apparaissent comme une ressource pour le chercheur dans sa démarche scientifique.

Dans ce cadre, nous organisons une journée d’étude qui aura lieu le jeudi 30 janvier 2019 à l’ENS de Lyon. Celle-ci a pour objectif d’interroger la question de l’éthique de l’utilisation des outils audio-visuels dans une démarche de recherche. Par outils audio-visuels, nous entendons au sens large, tous les outils capable d’enregistrer des informations susceptibles d’être réutilisés et diffusées (caméra, appareil photo, enregistreur sonore). Nous souhaitons également confronter et comparer aussi bien les productions de fiction que de recherche, en raison des problématiques communes auxquelles ces modes de production doivent faire face.
Pour cela, nous proposons trois axes d’étude :

  • Dans un premier temps, nous souhaitons aborder la question du prélèvement de l’information sur le terrain. Il s’agit alors d’interroger le dispositif spatial et ses conséquences.
  • Dans un second temps, nous proposons un regard sur la mise en forme de l’information, notamment à travers l’acte du montage et des choix sélectifs qu’il implique.
  • Enfin, nous aimerions ouvrir une discussion sur la question de la valorisation (ou non) de ces produits à travers la question de leur diffusion et du consentement. Tous ces axes doivent être interprétés au regard de la question éthique.

Vous pouvez trouver le programme de la journée ci-dessous. Le résumé de chaque intervention sera bientôt disponible sur la page consacrée à la journée.

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

cinegraphies.labojunior@gmail.com

Exposition “Fragments d’ancrage”

Exposition photographique par Céline Gaille

Mezzanine du forum Félix Pécaut – Site Descartes – Ens de Lyon – 15, parvis René Descartes – 69007 Lyon

Entrée libre – 30 janvier 2020 – 10 avril 2020

Contexte et démarche d’un dialogue entre recherche et photographie autour de dynamiques migratoires contemporaines en Ariège.

L’Ariège offre depuis longtemps la possibilité à des personnes venues d’ailleurs d’occuper une place dans son paysage social et géographique. Leurs vies sont marquées par l’invention et l’adoption de principes contournant les critères normés de l’habitat, de l’agriculture et de l’accueil.

Travailler à produire la compréhension de l’évolution des sociabilités dans le monde rural constitue l’un des objectifs que se sont mutuellement donnés la photographe Céline Gaille et deux chercheurs du projet de recherche CAMIGRI, Christophe Imbert et William Berthomière. A partir des objectifs scientifiques du projet CAMIGRI(1) visant à décrire les caractéristiques des dynamiques migratoires contemporaines que connait le monde rural, ce collectif a choisi d’engager une réflexion partagée à partir de son terrain de recherche ariégeois, marqué par une tradition hospitalière et représenté comme une « terre des possibles ». C’est la dimension discrète de la présence, dont l’entièreté des traits échappent bien souvent aux méthodologies classiques, qui fait ici l’objet d’un dialogue entre recherche et photographie : demandeurs d’asile, néo-ruraux de différentes nationalités et “bobos” ruraux, militants et défenseurs d’une cause, retraités (re)venus de la ville… Il apparaît que ce peuplement en mouvement produit un tissu où se croisent des aidants, des familles, des communautés autour de l’habitat, de l’agriculture, du tourisme et des politiques d’accueil des migrants.

L’apport d’un regard photographique singulier au cours d’un road trip effectué sur un temps long et en décalé par rapport au travail des chercheurs, fait d’allers-retours, d’explorations et de rencontres récurrentes pour la photographe permet sans aucun doute de révéler les forces en présence, au sens premier de l’expression : la force des présences, à travers des portraits, des apparitions, des situations, des changements inopinés. Dès janvier 2019, des échanges nourris entre la photographe et les géographes, préalables aux premières rencontres ont donné des contours à ces galaxies humaines dispersées dans une vaste nature. Au bout de plusieurs semaines d’observation et de dialogue, il semble que ces expériences migratoires revêtent une part de volonté absolue mélangée à une forme d’incertitude palpable : le regard y décèle plutôt la mobilité et le détachement dans l’ancrage, le contraire en somme d’un voyage qui s’arrête. On n’aperçoit jamais le bout de la route, mais toujours des nouveaux chemins qui se dessinent. C’est une approche sensible qu’a choisie la photographe Céline Gaille, l’engageant ainsi dans la sphère intime et subjective de ces familles, groupes ou individus.

La sélection présentée est issue du documentaire photographique en cours depuis janvier 2019 sur la dynamique des migrations internationales dans les campagnes françaises, porté par le projet CAMIGRI / CNRS et financé par l’ANR.

Elle a été montée et présentée par une collaboration entre les membres du projet CAMIGRI et le laboratoire junior Cinégraphies, dans le cadre de la journée d’étude du 30 janvier « Enquêter en terrain « sensible » : quelle déontologie des outils audio-visuels ? »

Céline Gaille, Photographe diffusée par le Studio Hans Lucas – https://celinegaille.com
William Berthomière, Chercheur CNRS, UMR PASSAGES
Christophe Imbert, Professeur à l’Université de Rouen-Normandie, UMR IDEES

Pour plus d’informations sur le projet CAMIGRI :  https://camigri.hypotheses.org/

Les membres du Laboratoire Junior Cinégraphies

cinegraphies.labojunior@gmail.com